L’État pourrait réduire de manière permanente les remises sur Internet et les téléphones portables pour les Californiens à faible revenu

L'État pourrait réduire de manière permanente les remises sur Internet et les téléphones portables pour les Californiens à faible revenu


Pendant la pandémie, la Californie a pris des mesures importantes pour renforcer l’accès au téléphone portable et à Internet aux communautés vulnérables de tout l’État, en particulier aux ménages à faible revenu.

En juillet 2021, le gouverneur Gavin Newsom a promulgué un plan de 6 milliards de dollars à l’échelle de l’État pour étendre l’infrastructure Internet haut débit dans les régions rurales et autres régions défavorisées.

Et de mai 2021 à mars de cette année, l’État a autorisé les familles à faible revenu à tirer parti jusqu’à 75 $ par mois de remises des programmes de subventions étatiques et fédéraux, pour acheter des services Internet et de téléphonie cellulaire. Les ménages éligibles pourraient «accumuler» les subventions de trois programmes, deux fédéraux et un étatique, pour récolter ces économies.

Ce mois-ci, les régulateurs des États envisagent de réduire certaines de leurs économies.

La California Public Utilities Commission devrait voter sur une nouvelle règle qui limiterait le montant que les entreprises de communication pourraient tirer du programme Lifeline de l’État, qui offre des réductions aux ménages à faible revenu pour les services de téléphonie résidentielle et cellulaire.

En vertu de la nouvelle règle, les ménages californiens à faible revenu qui sont éligibles à une aide fédérale pour payer le service téléphonique et l’accès à Internet perdraient tout ou partie de leurs remises mensuelles California Lifeline. Le résultat : au lieu de pouvoir cumuler trois remises, la plupart des utilisateurs de California Lifeline seraient limités à deux, pour un total pouvant atteindre 39,25 $ de remises par mois.

Les entreprises qui desservent les clients de Lifeline, et certains de leurs clients, contestent le changement, affirmant que cela coûterait de l’argent aux consommateurs à faible revenu et limiterait les services cellulaires et Internet qu’ils peuvent acheter.

Le résultat de la proposition « est pervers, élitiste, discriminatoire et profondément préjudiciable aux consommateurs à faible revenu de Californie », ont récemment écrit à la commission six fournisseurs de California Lifeline et la National Lifeline Association.

“Une aubaine pour le sans fil”

Quelque 1,7 million de résidents californiens sont inscrits au programme Lifeline de l’État, qui est une émanation du programme fédéral Lifeline. Le personnel de la Commission a prédit que le changement proposé pourrait entraîner la disponibilité de plus d’argent pour étendre les services à un plus grand nombre de résidents à faible revenu.

Les responsables de l’État ont également fait valoir que les deux remises fédérales suffisent à satisfaire la plupart des besoins des consommateurs et, dans de nombreux cas, paient pour une capacité de données excédentaire et inutilisée. L’empilement de trois subventions, a écrit le personnel de la commission, “entraînerait une aubaine pour les fournisseurs de services sans fil et constituerait un gaspillage, une fraude et un abus”.

La plupart des Californiens qui possèdent un téléphone paient ces subventions via une charge de 4,75 % sur leur facture mensuelle.

Les surtaxes téléphoniques à l’échelle nationale financent les services d’urgence tels que le 911 et ce qu’on appelle le Fonds de service universel, qui maintient à flot le programme fédéral Lifeline. Le gouvernement fédéral a mis en place sa subvention Lifeline en 1984 pour étendre le service téléphonique aux Américains les plus pauvres. Désormais, il verse aux entreprises fournisseurs 9,25 $ par mois pour aider à financer les services téléphoniques et cellulaires pour les ménages dont le revenu est inférieur à 135 % du seuil de pauvreté fédéral – ou moins de 37 463 $ pour une famille de quatre personnes – et pour les personnes qui reçoivent une aide publique.

Pendant la pandémie, en mai 2021, le gouvernement fédéral a également créé une prestation d’urgence pour le haut débit de 50 $ par mois pour aider les familles à rester connectées à Internet alors que les écoles fermaient, que les gens travaillaient à domicile et que de nombreux autres perdaient leur emploi. À la fin de 2021, la loi sur l’infrastructure et l’emploi du Congrès a échangé cette prestation d’urgence contre ce qu’on appelle maintenant le plan de connectivité abordable, qui offre une remise de 30 $ par mois au lieu de 50 $.

Pendant ce temps, la Californie a poursuivi son propre programme Lifeline – l’un des trois États à le faire – avec une réduction de 16,23 $ par mois pour les ménages à faible revenu ou ceux qui reçoivent une aide publique. Une famille de quatre personnes gagnant 40 600 $ ou moins est admissible, par exemple.

“Une dépense de plus”

Au plus fort de la pandémie, les Californiens pouvaient empiler les trois remises pour acheter le service auprès des fournisseurs de Lifeline, mais cela s’est terminé en mars.

Désormais, au mieux, les consommateurs peuvent appliquer un forfait Lifeline et un rabais sur le plan de connectivité abordable par ménage. La commission envisage de rendre cette limite permanente.

La commissaire Genevieve Shiroma a fait valoir que le regroupement des trois programmes fournissait aux gens plus de données que le minimum requis par la loi.

«Les subventions de California Lifeline devraient être conçues pour garantir que les fonds des contribuables sont utilisés avec prudence et de manière fiscalement saine», indique la proposition. Le personnel de Shiroma a déclaré qu’elle n’était pas disponible pour répondre aux questions sur la proposition.

Au moins 30 membres du public ont écrit à la commission pour s’opposer aux modifications des remises et défendre leur utilisation des données.

Les subventions de California Lifeline devraient être conçues pour garantir que les fonds des contribuables sont utilisés avec prudence et d’une manière fiscalement saine.

– Proposition de la California Public Utilities Commission

Christina Moore, une utilisatrice de Lifeline à Los Angeles, a plaidé auprès de la commission.

“J’utilise mon téléphone pour chercher un emploi… Je l’utilise pour parler à mon médecin de mon état… Ce téléphone a été une bénédiction du bon Dieu pour moi, en particulier pendant la pandémie”, a-t-elle écrit. “S’il vous plaît, ne réduisez pas nos avantages et s’il vous plaît, laissez-nous utiliser le maximum de minutes et d’avantages de tous les niveaux de gouvernement!”

Kristin Morris, de Mission Viejo, craignait de perdre des options pour sa famille.

“Comment se fait-il que la CA trouve de nouvelles façons de rendre plus difficile pour les consommateurs de rester connectés”, a-t-elle écrit. “Mes enfants ont besoin de téléphones et de tablettes pour suivre l’école et faire leurs devoirs. En limitant les plans de service disponibles pour les personnes à faible revenu, vous aggravez le problème pour nous, pas mieux. Cela a été si important pour ma famille – s’il vous plaît, trouvez un moyen de nous donner plus et un meilleur service, pas moins ! Avec tous les coûts croissants, ce n’est qu’une dépense de plus que nous ne pouvons pas nous permettre.

“Défaut de fournir”

Todd Snyder de San Francisco a déclaré qu’il serait injuste de restreindre les options Internet pour les Californiens à faible revenu.

“Cette proposition de décision exacerberait les inégalités et élargirait la fracture numérique pour les Californiens à faible revenu qui luttent pour être compétitifs dans l’économie numérique en évolution rapide d’aujourd’hui”, a-t-il écrit.

Quelques groupes de défense des consommateurs ont pris la position opposée, soutenant le plan de la commission. Ils ont déclaré que certains fournisseurs de California Lifeline facturaient des frais mensuels élevés pour des plans de données dont la qualité et les services variaient considérablement, et que les consommateurs n’obtenaient pas toujours ce pour quoi ils avaient payé.

Cette proposition de décision exacerberait les inégalités et élargirait la fracture numérique pour les Californiens à faible revenu.

— Todd Snyder, résident de San Francisco

“L’incapacité de certains fournisseurs à fournir … un service Lifeline de bonne valeur pour les clients fait partie des raisons pour lesquelles la commission envisage de ne pas autoriser les fournisseurs à cumuler les subventions California Lifeline avec des subventions (Affordable Connectivity Plan)”, a déclaré Ashley Salas, avocate du groupe de défense des consommateurs The Utility Reform Network, basé à San Francisco.

La Federal Communications Commission et la California Public Utilities Commission ont établi des normes de service minimales pour les plans Lifeline. Actuellement, ils appellent pour la voix et le texte illimités et 6 gigaoctets de données par mois.

Un forfait de 6 Go vous permet de naviguer sur Internet pendant trois jours, de diffuser 1 200 chansons ou de regarder 12 heures de vidéos standard, selon Reviews, un site d’évaluation de produits basé à Paris. L’utilisateur américain moyen de smartphone a consommé 11 Go ou plus de données par mois en 2020, mais cela devrait augmenter avec la propagation de la 5G, selon Ericcson, un géant suédois des télécommunications.

Certains opposants au plan de la commission ont déclaré que les réunions Zoom d’aujourd’hui, les cours en ligne et les sessions de télémédecine nécessitent déjà plus de 6 Go par mois.

Les responsables de l’État ont rétorqué que la plupart des utilisateurs de Lifeline n’utilisent pas toutes leurs données et que l’industrie n’a pas réussi à prouver le contraire.

Vues nuancées

Nathan Johnson, PDG de TruConnect, une société sans fil basée à Los Angeles qui propose Lifeline, a déclaré que de nombreuses personnes à faible revenu avaient besoin de plus de données et que, pour cette raison, beaucoup ne s’inscrivaient même pas à Lifeline.

Un rapport de 2019 du Bureau de l’analyste législatif indique que seulement 40 % des familles californiennes éligibles s’inscrivent à Lifeline. Le rapport a avancé plusieurs raisons : les familles peuvent ne pas connaître le programme, elles peuvent préférer des plans ou des transporteurs non-Lifeline, ou elles ont des difficultés avec le programme.

Johnson a déclaré que les clients à faible revenu de TruConnect utilisent souvent plus de 6 Go par mois lorsqu’on leur propose des forfaits de données plus élevés, ajoutant que la commission des services publics devrait être plus flexible.

“Pourquoi les Californiens devraient-ils recevoir moins alors qu’ils méritent plus?” Il a demandé.

D’autres groupes de consommateurs ne sont pas nécessairement d’accord. Vinhcent Le, avocat au Greenlining Institute basé à Oakland, a déclaré que les opinions des défenseurs sont plus nuancées. Ils ne considèrent pas seulement les consommateurs des services Lifeline, mais d’autres consommateurs qui paient les surtaxes.

« Ce n’était pas une décision facile de soutenir » la commission, a-t-il dit. “Cela a toujours l’air mauvais quand vous ne pouvez pas appliquer plus de subventions… Mais je pense que ce que la CPUC essaie de faire ici – et pourquoi nous l’avons soutenu – est de créer une voie où vous pouvez utiliser vos remises plus efficacement et vous assurer qu’il y a un financement nous n’avons donc pas à augmenter les surtaxes pour les consommateurs californiens.

Et si les fonds Lifeline sont utilisés plus efficacement, a-t-il dit, la Californie pourrait peut-être réduire sa surtaxe sur ses autres consommateurs.

La commission doit voter sur la question le 15 septembre.

Quelles questions avez-vous sur la Californie du Sud ?

Leave a Comment